règles du poker

Les règles du poker sont identiques quelle que soit la variante à laquelle vous jouez.
N’est-ce pas une excellente nouvelle pour le fainéant qui sommeille en chacun de nous ? Mais si la règle du poker est unique, nous l’appliquerons en revanche différemment selon la variante de poker à laquelle on joue.

Comment apprendre à jouer au poker ?

Afin d’apprendre à jouer au poker, commencez par découvrir ici les règles du poker. Puis mémorisez les mains (aussi appelées combinaisons). Nous les avons compilées sur une page unique afin que vous les ayez à disposition lors de vos premières parties. Retrouvez ensuite les mises, aussi appelées enchères (Limit, Pot Limit ou No Limit). Et enfin apprenez les différentes hauteurs de jeu.

Par la suite, prenez le temps de découvrir les différentes variantes de poker et vous verrez qu’en connaissant les bases des règles du poker, vous comprendrez facilement ces variations toutes plus divertissantes les unes que les autres.

Un dernier point avant d’entrer dans le vif du sujet. Comme pour tout jeu ou sport, les règles du poker sont parfois un peu strictes dans la théorie. Ainsi, l’article 1° des règles précise par exemple que la place des joueurs doit être tirée au sort. Dans la pratique, nous éviterons d’ennuyer nos amis avec ce genre de détail.

Règles du poker

Au poker, il est assez malvenu de jouer avec de l’argent réel (des pièces, des billets). Ainsi, avant de débuter toute partie, chaque joueur va changer une somme définie en jetons et nous appellerons cet ensemble de jetons la cave (ou parfois le tapis, « faire tapis » signifiant « miser tous ses jetons restants »).

L’entrée à une table est définie par un montant minimum de la cave, mais aussi parfois par un montant maximum. Le type d’enchère définit lui aussi, de manière indirecte, le droit d’entrée.

Comme nous le disions, au début de la partie les places sont (théoriquement) tirées au sort. La partie se déroulera ensuite dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le mythe des tricheurs n’est pas forcément toujours réaliste mais afin de prévenir tout problème, certaines règles du poker invitent les joueurs à se responsabiliser. La cave doit être placée sur la table, nous l’appellerons alors « tapis », et aucun jeton ne doit être caché. De même, tout joueur est responsable de ses cartes et il doit protéger sa main.

Enfin, un temps de réflexion doit être établi au début de la partie. Durant la partie, c’est au donneur de rappeler aux joueurs les délais.

Distribution des cartes

Comme le dictent les règles du poker, la carte distribuée est toujours la carte se trouvant sur le dessus du paquet. Méfiez-vous, faire glisser une carte préalablement choisie de sous le paquet est la technique de triche la plus répandue.

La première carte du paquet n’est jamais distribuée, elle est considérée comme étant une carte à brûler (à laisser de côté pour être utilisée en cas d’erreur du donneur).

Si une carte venait à être retournée ou distribuée hors de la table, et ce uniquement par le donneur (toute carte retournée par un joueur sera conservée), elle sera changée. Alors le donneur terminera son tour de donne puis, il récupérera la carte retournée et distribuera au joueur la carte à brûler.

Si deux cartes venaient à être retournées, on parlera alors de maldonne et là, soyons honnêtes, c’est la merde. Le donneur peut procéder de la manière suivante :

1 – Remonter la manche du bras avec lequel il a commis la maldonne
3 – Se munir d’un objet tranchant
4 – Couper le bras pourri

Sinon, une autre possibilité s’offre à vous : reprendre toutes les cartes et les redonner (et on fait gaffe cette fois s’il vous plait). Sachez que ce n’est pas les règles du poker exactes, qui dépendent de la variante de poker jouée et du cas de figure de la maldonne. Mais cette méthode est la plus couramment pratiquée et elle est nettement plus simple !

Mises et relances selon les règles du poker

Si un joueur est confronté à une mise supérieure à son tapis (montant total de ses jetons restants), il est à même de suivre le tour de mise en plaçant tous ses jetons. On dira alors qu’il fait tapis. Cependant, il ne pourra plus parler lors des tours de parole suivants.

Les relances, c’est à dire toute enchère supplémentaire à la mise de départ, sont expliquées plus en détails dans la partie concernant les variantes de poker. Cependant, sachez que les relances sont associées aux tours de parole et qu’il s’agit de parler au bon moment, c’est à dire quand vient son tour (dans le sens des aiguilles d’une montre).

Mais que dire ?

Passer / Se coucher : cela signifie que le joueur s’arrête, il rend ses cartes au donneur et abandonne le coup.

Miser / Ouvrir : Il s’agit donc de miser si on est le premier joueur à avoir la parole ou qu’aucun des joueurs précédents n’a misé et, bien entendu, qu’on le souhaite.

Parole : le joueur ne relance pas et laisse la parole au joueur suivant.

Suivre : le joueur suit la relance ou la mise qui a été précédemment faite.

Relancer : le joueur mise un montant supplémentaire afin de surenchérir la (ou les) mise(s) précédente(s).

Par ailleurs, sachez que l’embuscade consiste à annoncer une parole pour relancer après.

Déroulement de la partie

Durant les relances, les règles du poker stipulent que les joueurs qui se couchent n’ont pas à montrer leurs cartes. Au terme des relances, le joueur à la suite de celui qui a « payé pour voir » montrera ses cartes en premier. Puis nous suivrons le sens des aiguilles d’une montre.

L’abattage des cartes permet de désigner le gagnant du pot car aucune annonce verbale n’a de valeur. Seule la constitution de la main désigne le gagnant. Notez qu’au poker, et ce quelque soit la variante, une main est toujours constituée de 5 cartes.

Les joueurs qui le souhaitent peuvent rejeter leur main (poser leurs cartes face contre tapis). Ils ne pourront alors pas prétendre au gain du pot. Toute main rejetée ne peut être retournée. Les autres joueurs peuvent cependant en faire la demande au propriétaire des cartes mais lui seul est à même d’en prendre la décision.

Une main peut être considérée comme irrégulière si elle n’a pas le nombre de cartes requis (cela dépend de la variante de poker jouée). Elle est aussi considérée comme telle si elle a été en contact avec des cartes rejetées.

C’est le donneur qui attribue le pot, en cas de mains identiques (chose très rare) alors le pot est partagé. Un arrangement consiste à partager le pot entre plusieurs joueurs sans que ceux-ci ne découvrent leurs cartes.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît, entrez votre commentaire
S'il vous plaît, entrez votre nom ici